RDC : Marche anti-Malonda à Goma : un policier blessé et son arme emportée, affirment les autorités

Actualité.cd

Un élément de la police nationale congolaise (PNC) a été grièvement blessé par des inconnus lors des manifestations anti-Malonda ce lundi 13 juillet 2020 au quartier Majengo dans la ville de Goma au Nord-Kivu. Il a été poignardé du côté gauche de sa poitrine. Le gouverneur de la province, Carly Nzanzu Kasivita l’a rendu visite à l’hôpital où il est pris en charge.

« On avait déjà quelques informations que certains états-majors des partis politiques ont recruté des hommes en armes. Heureusement aujourd’hui, vous venez de le constater avec moi, il y a un policier qui a été mortellement touché parce qu’ils voulaient vraiment l’assommer, c’est Dieu qui l’a aidé et nous venons de donner des instructions pour que l’hôpital puisse lui donner des soins appropriés. Certes, ils ont l’obligation des moyens, ils n’ont pas l’obligation des résultats. Nous allons prendre en charge les soins du policier. C’est pour nous un message que nous voudrions bien lancer à la population du Nord-Kivu que l’expression des ambitions politiques ne devrait pas nous faire perdre des vies humaines, surtout des policiers parce qu’ils ne sont pas des politiciens. Les policiers sont là pour faire respecter l’ordre public et l’ordre public a été maintenu », a déclaré le gouverneur Carly Nzanzu Kasivita.

Le gouverneur de la province du Nord Kivu, Carly Kasivita en discussion un officier de la police nationale

Le chef de l’exécutif provincial du Nord-Kivu appelle la justice à faire son travail en vue de retrouver les auteurs de cet acte ignoble.

« Nous allons évidemment inviter le procureur de la République d’ouvrir une information judiciaire parce que nous ne pouvons pas continuer à laisser les actes inciviques impunis. Nous pensons que comme pouvoir public, nous avons cette obligation de décourager tous les malfrats. Nous voudrions bien que les droits de chacun soient respectés. Le droit à manifester, le droit à la libre expression mais tout cela doit se faire dans le respect de l’ordre établi », a renchéri l’autorité provinciale.

Alors que les éléments de la police encadraient les marcheurs dont des députés provinciaux de la coalition Lamuka jusqu’au gouvernorat de province, des jeunes s’adonnaient à placer des barricades sur la chaussée du côté de Majengo et Buhene (Nord de Goma). La police a usé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants et y rétablir l’ordre.

Des manifestants qui sont restés en dehors de l’enclos du musée de Himbi au gouvernorat de province ont également été gazés par la police parce qu’ils étaient rassemblés en centaine, ne respectant pas la distanciation physique.

Jonathan Kombi, à Goma