Kamerhe en appel, retour sur le procès 100 jours, de l’artillerie Caricaturée au CHOC Politique.

Vital KAMERHE arrêté le 8 avril 2020, après un procès qui a débuté les 11 mai 2020 puis condamnés le 20 juin 2020 autour d’un procès politique, bâclé et partial. dénoncent des proches. Le 24 juillet 2020 le pacifiste président de l’UNC, parti politique de la coalition au pouvoir sera en appel. À la cour d’appel de Kinshasa/Gombe

L’après-midi du 08 avril 2020, 13 heures de Kinshasa, le directeur de cabinet de Tshisekedi est invité comme renseignant sur le procès 100 jours, 6 heures en liberté et d’audition. La liesse populaire de ses partisans se transformer en pleurs, le monde entier apprend l’arrestation du directeur de cabinet en fonction.

Que cache la vérité derrière cette arrestation, demeuré éclairé retour sur notre dossier de la rédaction sur  » 100 jours, de l’artillerie caricaturée au choc politique »

A travers la coalition au pouvoir, le FCC récupère un poste éminemment stratégique, auquel il n’était pas prêt à renoncer et dirige actuellement le vice primature de la justice.


De même des nombreuses attitudes confuses démontrent que les coalisés seraient à la fois allies et rivaux.
« Il faut absolument enlever de la tête des citoyens, des Congolais qu’un directeur de cabinet, fusse-t-il du président de la République, a un privilège de juridiction ou une immunité », estime le président du Sénat congolais.

Alexis Thambwe Mwamba assure que « le directeur de cabinet du Chef de l’Etat est un justiciable tout à fait ordinaire. Il n’a pas un statut judiciaire plus important que mon maître d’hôtel ».
Et de poursuivre: « si le Parquet estime qu’il doit le poursuivre, il faut le laisser faire. C’est une question qui concerne uniquement la justice ».


Sur le plan purement politique, Alexis Thambwe Mwamba, président du Sénat et membre du Front commun pour le Congo (FCC), se refuse à tout commentaire sur les conséquences de l’arrestation de Vital Kamerhe parce que « c’est un problème qui concerne le CACH. Ils verront comment régler cette question, moi j’appartiens au FCC et je considère que ce débat-là ne nous  concerne pas. Nous n’allons pas nous immiscer ».

Cap pour le changement (CACH), affaibli avec l’incarcération de l’un de ses principaux leaders. À qui profite cet arsenal numérique, qui est irascibles, réfractaires, intolérants et plus partisans sans faire une autre lecture de la situation !


Alexis Thambwe ne rigole pas sur l’affaire Kamerhe et dit « le FCC ne doit pas chercher à surenchérir sur cette question. Il faut la laisser se régler entre les alliés de CACH ».


Opinions, Débats ou controverses ?


Pendant que les avocats de la partie défenderesse, crient à l’acharnement « Toutes les conditions qui peuvent motiver les juges à lui accorder la liberté provisoire sont réunies », explique l’avocat qui dit ne pas comprendre les raisons réelles qui justifient son incarcération. Me Kaboto de compléter « On ne voit pas les motivations qui font que Vital Kamerhe soit gardé en prison. Il pouvait bénéficier d’une liberté provisoire afin de continuer à coopérer avec la justice.


Le ministre FCCien, une personnalité politique de l’exécutif national, Me Célestin TUNDA alors là, Vice premier Ministre, Ministre de la justice, crie haut et fort sur top congo « pas de liberté provisoire pour le prévenu »
A travers ce message qui démontre à l’opinion publique sur la politisation de cette affaire.

Fidèle à la vérité qui demeure têtue, les jours avenirs, les mois ou les années démontrerons ce choc politique. S’exclame la société civile du Sud Kivu
Maintenue en prison, directeur de cabinet du chef de l’état est condamné de 20 ans de prison.

Alivision Tshimanga