RDC: Le passeport biométrique sera produit à l’Hôtel des Monnaies

Désormais, c’est l’Hôtel des monnaies de la Banque centrale du Congo qui produira les passeports biométriques congolais.

En effet, après le retrait de l’entreprise belge Semlex de ce marché juteux, la production de ce précieux document revient en RDC.

Le passeport est l’une des pièces d’identité d’un État souverain, comme la République Démocratique du Congo mais à Kinshasa, le passeport congolais est reconnu comme le plus cher du continent, voire du monde, Suite à la sous-traitance, ce document devient coûteux.

Considéré comme une ambroisie, cette pièce d’identité créé, chaque jour, un attroupement inimaginable au ministère des Affaires Étrangères. Et depuis le régime Kabila, le marché des passeports a toujours été une guerre entre la Banque Centrale du Congo, le Ministère des Affaires Étrangères et la famille qui était au pouvoir. C’est juste à ce sujet que le prix d’une pièce coûte les yeux de la tête et payable rubis sur l’ongle. Aussi, le marché d’impression est attribué aux imprimeurs étrangers, soit au Français Charles Oberthur, soit au belge Semlex.

Aujourd’hui, la RDC ne dépensera plus beaucoup de devises pour l’impression du passeport congolais, dont le marché est retourné à l’Hôtel des Monnaies de la Banque Centrale du Congo.

Selon notre source, l’Hôtel des Monnaies qui va produire cet imprimé de valeur estime aussi que la situation est assez délicate. Son cahier de charges techniques et financières serait transmis au ministère des Affaires Étrangères et celui du Budget.

On se rappelle que c’est depuis 1990 que l’Hôtel des Monnaies produit les passeports congolais sans sous-traitante quelconque, Il avait déjà prouvé sa capacité de produire le passeport biométrique et on lui avait arraché le marché pour le donner aux entreprises étrangères afin de rendre opaque la gestion.

Aujourd’hui, comme l’État congolais à décidé de lui confier à nouveau le même marché, l’Hôtel des Monnaies promet déjà qu’il n’y aura pas de rupture de stock et la pièce sera vendue à un prix beaucoup plus faible que celui de ses prédécesseurs.