AFRIQUE : AKON PAPA BONHEUR

Museveni à lâcher les rênes.
« Je veux faire du Sénégal, une destination de premier choix ». Le chanteur américano-sénégalais Akon s’exprime ainsi le 27 juillet 2020, lors d’une interview accordée à
l’émission Afrique Hebdo de France 24. Le 3 avril 2018, l’artiste-entrepreneur avait
évoqué avec le président Macky Sall, son projet de bâtir une ville moderne et touristique au Sénégal, son pays d’origine. 2000 hectares lui ont été oerts au sud de Dakar.

En janvier 2020, il a annoncé sur Instagram la signature d’un accord avec le ministère du Tourisme, pour la création de sa première ville, « Akon City ». Une cité futuriste, entièrement verte, durable et autonome. Une « ville intelligente », précise t-il.
Depuis une dizaine d’années, Akon, de son vrai nom Alioune Badara Thiam multiplie des initiatives sur le continent noir.

Il a créé en 2007, « Kondence foundation » en collaboration avec son compatriote footballeur El-Hadji Diouf pour venir en aide aux
populations démunies. Puis, il a lancé « Akoin Lighting Africa », un programme qui lui a permis de fournir de l’électricité à 15 pays africains notamment le Bénin, le Ghana et la Sierra Leone, grâce à l’énergie solaire. Un succès qui l’a encouragé à s’engager davantage sur la terre de ses ancêtres. Sur le plan culturel, son label Konvict Muzik a
produit de nombreuses stars telles que P-Square, 2Face et Wizkid. Il y a deux ans, la superstar de la RnB dévoilait sa crypto-monnaie, l’« Akoin » qu’il entend officiellement
lancer cette année, destinée à garantir la sécurité monétaire et la stabilité nancière des pays africains. Dans une interview sur la radio Power 106 FM à Los Angeles, Akon s’était montré frustré par l’absence d’investissements émanant de la diaspora africaine ayant fait fortune. « Si tu es assis sur un milliard de dollars, alors qu’il y a tous ces gens qui souffrent et se battent pour leur survie, c’est un gâchis ».