RDC : le belge George Forrest cède la plus vieille banque congolaise à un groupe kényan

Le millionnaire belge George Forrest, actionnaire majoritaire de la plus ancienne banque privée de la République démocratique du Congo (RDC), a vendu ses parts à la firme kényane Equity Group Holdings, selon un communiqué du groupe kényan publié mercredi.

L’empire Forrest opère en RDC depuis 1922, principalement dans les mines dans la province de l’ex-Katanga (sud-est). Il avait acquis en 2009 plus des deux tiers des actions de la Banque commerciale du Congo (BCDC), la plus vieille banque privée du pays, installée de manière ininterrompue en RDC depuis 1909.

« Je vends mes actions à Equity Group Holdings dans l’espoir que cette institution devienne la plus grande banque du Congo« , a déclaré l’homme d’affaires belge installé en RDC, cité par le communiqué de Equity annonçant la cession.

« Aujourd’hui, Equity Group Holding a annoncé la finalisation de l’acquisition de 66,53% d’actions de la Banque commerciale du Congo (BCDC) pour un montant total de 95 millions de dollars« , a précisé le groupe bancaire kényan opérant en RDC depuis 2005.

L’entité fusionnée est en passe de devenir la plus grande institution bancaire en RDC

« Nous sommes convaincus que la fusion et le regroupement de ces deux filiales produiront une banque fusionnée avec un total bilan de plus de deux milliards de dollars« , note Equity, quatrième banque sur la vingtaine active en RDC, persuadée que « l’entité fusionnée est en passe de devenir la plus grande institution bancaire en RDC dans un délai d’un an« .

La création de ce nouveau groupe bancaire intervient alors que la première banque privée du pays, Rawbank, est impliquée dans une vaste enquête anti-corruption, soupçonnée de complicité de détournement de fonds publics destinés à financer les grands chantiers lancés par le nouveau chef de l’État, Félix Tshisekedi, il y a un an.

George Forrest, fils d’un Néo-Zélandais, né en 1940 dans l’ex-Congo belge, est l’une des plus grandes fortunes d’Afrique francophone, selon le magazine ‘Forbes’ qui avançait le chiffre de 800 millions de dollars fin 2016.