RDC: « Non au partage du gâteau » Marie-Josée Ifoku

Elle reste très opposée à toute idée de partage du gâteau à l’issue des consultations nationales qui seront lancées cette semaine par le président de la République Félix Tshisekedi afin de juguler la crise politique entre les institutions du pays.

Dans une interview accordée à la presse, Marie-Josée Ifoku estime que toute idée de partage du gâteau ne fait pas avancer le pays. Cependant, elle convie les consultés à donner des avis qui aideront le chef de l’État à prendre les décisions qui s’imposent afin sortir la RDC du gouffre.

« Nous sommes dans l’ère du peuple et se retrouver autour du président ça ne peut plus être le partage du gâteau. L’heure du partage de gâteau est déjà dépassé aussi. Nous sommes dans le temps où devons construire notre pays et pour cela on doit tenir compte de ce peuple », a indiqué MJ Ifoku.

Selon elle , ce serait « dommage » que « le chef de l’État n’amène pas les politiciens à s’oublier pour l’intérêt du peuple. Que tout se fasse dans l’esprit du peuple d’abord »

Le 22 octobre dernier, l’Ambassadrice universelle de la paix et présidente de l’Alliance des Élites pour un Nouveau Congo (AENC) a lancé une pétition en ligne pour la renaissance de la nation congolaise sous le concept « Kombolisation » [Nettoyage ndlr].

Elle invite les congolais à s’approprier le destin du pays pour construire une nation où le Christ régnera en maître et les dirigeants ne travaillerons que pour les intérêts de la communauté.

Par ailleurs, cette dernière compte sensibilisé la population pour cette fin en basant son message sur le changement des mentalités, l’unité dans la diversité, la réconciliation nationale et le pardon, la fin de la coalition gouvernementale, la démission du gouvernement Ilunkamba et la nomination d’un informateur pour identifier une nouvelle majorité au sein de la chambre basse du parlement pour la mise en place d’un nouveau gouvernement réduit de 18 ou 24 membres.

Source : Politique : Marie-Josée Ifoku opposée au partage du gâteau après les consultations initiées par Félix Tshisekedi